Un extrait de graines de sésame prometteur pour la maladie de Parkinson

  • Les enveloppes de graines de sésame, un déchet de la fabrication de l’huile de sésame, sont riches en sésaminol, un antioxydant.
  • Les scientifiques ont découvert que le sésaminol protège les cellules nerveuses dans les cultures de laboratoire contre les dommages et prévient les symptômes de la maladie de Parkinson dans un modèle animal de la maladie.
  • Des essais cliniques sont nécessaires pour déterminer si l’antioxydant peut prévenir la maladie de Parkinson ou en ralentir la progression chez l’homme.

Environ 160.000 personnes en France et 10 millions de personnes dans le monde sont atteintes de la maladie de Parkinson. Il s’agit de la deuxième maladie neurodégénérative la plus courante après la maladie d’Alzheimer.

La maladie de Parkinson est un trouble cérébral progressif qui affecte les neurones producteurs de dopamine. Elle provoque des tremblements, une rigidité ou une raideur musculaire et une lenteur des mouvements, et d’autres symptômes.

La perte et la dégénérescence des neurones producteurs de dopamine dans une région spécifique du cerveau appelée substantia nigra provoque les symptômes liés au mouvement, ou « moteurs », qui peuvent caractériser la maladie de Parkinson.

Il n’existe pas de remède à la maladie de Parkinson, bien que plusieurs traitements médicamenteux puissent aider à en atténuer les symptômes. Le médicament le plus couramment prescrit à cette fin est la lévodopa (Sinemet), qui reconstitue les niveaux de dopamine.

« Actuellement, il n’existe pas de médecine préventive pour la maladie de Parkinson », note le Dr Akiko Kojima-Yuasa, professeur associé à la Graduate School of Human Life Science de l’université d’Osaka City, au Japon, « nous n’avons que des traitements d’adaptation ».

L’une des causes de la perte de cellules dans la substantia nigra est le stress oxydatif. Cela a conduit le Dr Kojima-Yuasa et ses collègues à étudier si le sésaminol, un puissant antioxydant, pouvait prévenir la mort des cellules nerveuses dans un modèle de la maladie de Parkinson.

Le sésaminol est présent en abondance dans les enveloppes des graines de sésame, qui sont un déchet de l’extraction industrielle de l’huile de sésame.

DOMMAGE OXYDATIF

Les chercheurs ont utilisé un produit chimique toxique appelé 6-hydroxydopamine pour modéliser le dommage oxydatif qui se produit dans la maladie de Parkinson.

Lorsqu’ils ont appliqué ce produit chimique aux cellules nerveuses humaines qui se développent dans des cultures de laboratoire, la concentration des espèces réactives d’oxygène nuisibles a augmenté et les cellules ont commencé à mourir.

L’ajout de sésaminol aux cultures a réduit de manière significative la concentration d’espèces réactives de l’oxygène et a empêché la mort des cellules. Le sésaminol semblait protéger les cellules des dommages oxydatifs en augmentant leur production de deux protéines protectrices : Nrf2 et NQO1.

Ensuite, les chercheurs se sont tournés vers un modèle animal standard de la maladie de Parkinson, qui consiste à administrer à des souris la neurotoxine roténone.

Cette toxine réduit la production de dopamine dans le cerveau des animaux. Cela entrave leurs capacités motrices et réduit la motilité de leurs intestins, deux symptômes classiques de la maladie de Parkinson chez l’homme. En fait, les personnes atteintes de la maladie peuvent souffrir de constipation des dizaines d’années avant que les difficultés de mouvement ne deviennent apparentes.

Les souris qui ont suivi un régime alimentaire contenant du sésaminol pendant 36 jours présentaient des taux de dopamine plus élevés et obtenaient de meilleurs résultats lors d’un test standard des capacités motrices que les souris du groupe témoin qui suivaient un régime alimentaire normal. La motilité intestinale des souris du groupe test était également normale.

En outre, les souris qui ont mangé du sésaminol avaient des niveaux plus faibles d’alpha-synucléine dans leurs substantia nigras. L’alpha-synucléine est une protéine qui s’agglutine pour former des structures plus grandes appelées corps de Lewy, qui sont une caractéristique de la neurodégénérescence dans la maladie de Parkinson.

Ces recherches ont été publiées dans la revue Heliyon.

TRAITEMENT PRÉVENTIF ?

Dans leur article, les scientifiques concluent :

« L’effet protecteur a notamment été observé avec l’administration d’une petite quantité de sésaminol. Ces résultats montrent que le sésaminol est très approprié pour le traitement préventif de la [maladie de Parkinson]. Une élucidation plus détaillée du mécanisme d’action sera nécessaire pour une application pratique ».

Le Dr Kojima-Yuasa et son équipe sont impatients de commencer les essais cliniques de l’extrait.

Les auteurs suggèrent que le sésaminol pourrait être capable de traverser la barrière hémato-encéphalique chez l’homme. Cette barrière empêche les agents pathogènes et les grosses molécules de pénétrer dans le cerveau. Des recherches plus approfondies sont toutefois nécessaires pour étayer les résultats.

Dans l’ensemble, il convient de garder à l’esprit que les résultats des études menées sur des cultures cellulaires et des modèles animaux ne reflètent pas toujours ce qui se passe dans le corps humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×