L’arythmie : causes, symptômes et diagnostique

Cela vous arrive-t-il souvent d’avoir des palpitations cardiaque s? Ce sont ces battements du cœur s’effectuant de manière irrégulière soit très vite, sous très lent. Si cela vous  arrive alors sachez que vous souffrez d’arythmie cardiaque. Il s’agit d’un trouble du rythme cardiaque (le plus fréquent des troubles du rythme cardiaque) touchant aussi bien les personnes atteintes d’un problème cardiaque que les personnes qui en sont exemptes. C’est quoi concrètement l’arythmie et quelles en sont les causes ? Est-t-elle dangereuse ? Peut-on la traiter ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre dans cet article.

Qu’appelle-t-on arythmie ? 

Quand la fréquence normale du rythme cardiaque est affectée par une anomalie, on parle d’arythmie. En effet, au repos, le cœur bat normalement entre 60 et 70 fois par minute, jusqu’à 180 fois pendant des efforts physiques ou lors d’un stress psychique, en fonction de l’âge à la minute. 

Les battements normaux du cœur sont réglés par des signaux électriques provenant du nœud sinusal. Il s’agit d’un territoire du muscle cardiaque. Ce régulateur cardiaque naturel est situé près de la partie supérieure de l’oreillette droite. En cas de  battement cardiaque normal, l’impulsion électrique traverse le muscle cardiaque de haut en bas, activant au passage les oreillettes, puis une fraction de  seconde plus tard, les ventricules. C’est quand cette impulsion électrique est défaillante que l’arythmie s’installe. Il existe différentes formes d’arythmie. Avant de les aborder, essayons de découvrir ce qui peut causer ce trouble. 

Les causes de l’arythmie 

Les causes des arythmies sont nombreuses et diverses. Elles sont soit relatives à un problème physiologique (un signal électrique retardé ou anormal dans le muscle cardiaque), à une mauvaise hygiène de vie (tabagisme, certains excitant comme le cafés, médicaments ou drogues) ou aux antécédents médicaux (hypertension, maladie coronaire, déséquilibre de la thyroïde, le diabète, l’obésité…).

Il faut savoir en outre que l’arythmie peut se contracter en cas de trouble  de l’excitabilité et de la conduction. 

En ce qui concerne le premier, il s’agit d’un manque de précision dans l’envoi des impulsions électriques par le nœud sinusal. Les impulsions sont envoyées soit de manière désordonnée soit elles proviennent d’un autre centre autre que le nœud sinusal. Quant au second, il s’agit d’un blocage de la transmission de l’impulsion électrique des oreillettes aux ventricules. 

L’hérédité peut aussi être une cause d’arythmie. En effet, il existe  des formes héréditaires et congénitales d’arythmie avec lesquelles certains sujets sont nés. Ces formes se caractérisent souvent par l’émission d’un signal faible ou tardif vers les ventricules. Même si les ventricules peuvent émettre leur propre signal, leur impulsion produit seulement 40 battements environ par minute, au lieu des 60 à 100 d’habitude.

Comment peut-on savoir qu’on souffre d’une arythmie ? 

On le sait tous, l’arythmie c’est quand votre cœur bat parfois plus rapidement que d’habitude et parfois plus lentement que d’habitude. Déjà quand vous sentez une irrégularité dans le battement  de votre cœur, vous devez vous poser des questions. Ces palpitations peuvent être bénignes et sans problème surtout pour ceux dont le cœur est sain. 

Cependant si vous éprouvez des douleurs thoraciques au point de vous évanouir ou si vous  ressentez des maux de tête atroces, de l’essoufflement, des vertiges,  il vaut mieux que vous consultiez un médecin. 

Comment diagnostiquer l’arythmie cardiaque ? 

En allant tout simplement consulter un médecin  qui vous examinera à travers un stéthoscope qui est l’outil par excellence avec lequel on détecte les arythmies même s’il y’a aujourd’hui d’autres appareils plus sophistiqués.

Nous savons entre autres l‘électrocardiogramme qui est une représentation des impulsions électriques du cœur enregistrées à l’aide de petites électrodes placées sur la poitrine et reliées à l’électrocardiogramme. 

Vous pouvez aussi vous faire diagnostiquer à travers une étude électrophysiologique qui est quant à elle un examen plus complexe. 

Une fois que votre mal est diagnostiqué, le traitement sera orienté en fonction de la forme d’arythmie dont il s’agit. 

Quelles sont les formes d’arythmie qui existent ?

Bradycardie

Au cours d’une bradycardie, le cœur enregistre une baisse de la fréquence cardiaque, qui passe à moins de 60 pulsations par minute. Cela est dû au fait que la transmission des impulsions électriques aux ventricules est perturbée dans le nœud auriculoventriculaire. Le cœur bat donc très lentement plus que la normale. 

Tachycardie

Pendant une tachycardie on observe une augmentation inhabituelle de la fréquence cardiaque à plus de 100 pulsations/min. Le battement s’accélère donc à rythme irrégulier. Les personnes touchées par ce trouble se sentent très mal avec des vertiges, des dyspnées (difficulté respiratoire) et une pression au niveau de la poitrine. Elles doivent vite être soignées au risque de déboucher sur la fibrillation ventriculaire, conduisant à un arrêt cardio-circulatoire. 

La fibrillation ventriculaire

Cette forme d’arythmie se caractérise par l’exposition de ventricules à des stimulations électriques si rapprochées (plus que 250 par minute) au point qu’ils ne peuvent plus se contracter suffisamment pour faire circuler le sang dans l’organisme. La fibrillation ventriculaire n’est donc pas à prendre à la légère. 

Les extrasystoles

Les extrasystoles sont caractérisées par une pause longue que la normale au point de ressembler à une courte interruption. Elles sont sans danger et ne nécessitent pas de traitement. 

Comment traiter et prévenir l’arythmie cardiaque ? 

Dans certains cas, les arythmies arrivent de façon occasionnelle. Autrement dit, quand elles sont déclenchées par des facteurs externes. Vous avez par exemple certaines mauvaises pratiques alimentaires ou des mauvaises pratiques comme l’ingestion de la caféine, l’excès d’alcool, etc. Une fois que vous abandonnerez tout cela, vous n’aurez plus ce problème. 

 D’autres parts, les arythmies constituent un symptôme de maladie cardiaque. Dans ce cas, vous devez recevoir l’aide d’un professionnel de la santé cardiaque pour affronter ce problème. 

Des médicaments existent sur le marché pour régulariser le rythme cardiaque comme les antiarythmiques. Ces produits aident à soulager certains symptômes qui accompagnent l’arythmie et aussi à éviter l’aggravation des troubles. Ils peuvent être prescrits par le médecin généraliste ou par le cardiologue. 

L’arythmie cardiaque peut également être traitée de façon naturelle. Ceci en optant pour une bonne hygiène de vie. Manger sain et équilibré, adopter un régime alimentaire riche en fruits et légumes associé à des activités physiques régulières peuvent être d’une grande aide.

Toujours en ce qui concerne le traitement naturel de l’arythmie cardiaque il y a ce qu’on appelle la cohérence cardiaque. Il s’agit d’une approche à la fois préventive et curative. Il s’agit d’un simple outil qui permet de réguler et d’entretenir au quotidien le rythme cardiaque. Toutefois, cette technique ne solutionne pas les tournures critiques que peuvent prendre les arythmies cardiaques. En effet, cette méthode est basée sur les techniques de contrôle respiratoire.

Cela consiste à avoir une respiration lente, régulière et guidée, se situant aux alentours de 6 cycles respiratoires par minutes en faisant des inspirations de 5 minutes et des expirations de 5 minutes. L’idée est de mettre en résonance les variations de la respiration hautes fréquences avec les basses fréquences causées par la contraction réflexe des artères. Vous pouvez répéter cet exercice de respiration pendant 5 minutes trois fois par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×