Le yerba maté : l’histoire de ce thé

Découvrir l’histoire du yerba maté vous permettra d’apprécier encore plus cette formidable boisson aux multiples vertus. En effet, l’histoire du maté remonte très loin dans le temps et demeure le thé emblématique des Argentins. Depuis ses origines, le yerba maté a été largement consommé et s’est même aujourd’hui popularisé à l’instar du café. Quelle est la réelle histoire du maté ? Que faut-il savoir sur l’origine du yerba maté ? Découvrez tout dans cet article.

L’HISTOIRE DU YERBA MATÉ REMONTE AUX GUARANIS

L’histoire du maté (Ilex paraguariensis) est incontestablement liée au peuple Guarani. Il a été rapporté d’après certaines recherches de l’institut Las Marías que le yerba maté aurait bien pu être découvert dans l’histoire par les populations Kaingang vivant il y a -3000 ans. Toutefois, c’est le peuple Guarani, des populations indiennes autochtones du sud de l’Amérique qui ont poussé l’exploitation du yerba maté dans l’histoire et des nombreuses vertus de cette plante. Ce sont eux qui ont sophistiqués les techniques de préparation et de dégustation du yerba maté par la disposition des feuilles à l’intérieur d’une calebasse d’eau puis en buvant le contenu au moyen de pailles conçues en canne. 

Dans l’histoire du maté, le terme « maté » lui-même remonte à « Caa-maté » où le « Caa » et le « maté » renverrait respectueusement à « herbe » et « calebasse » de boisson. Les Guarani étaient aussi parfaitement conscients des vertus nutritives du yerba maté, d’où l’idée qu’ils avaient l’habitude de mâcher même immédiatement les feuilles.

En dehors de l’appréciation des bienfaits du maté, les Guarani avaient surtout une relation de vénération envers le yerba maté. L’histoire du maté rapporte qu’ils considéraient ce thé comme « une offrande sacrée ou un don sacré venant des esprits« . Le yerba maté, loin d’être une simple plante, a donc une dimension religieuse ou spirituelle. Les Guarani vénéraient le maté et étaient persuadés que consommer du yerba maté signifiait  » boire le pouvoir mystérieux de la jungle ». Avec cette valorisation particulière du maté par les Guarani, l’herbe a même pu devenir un support de paiement commercial avec de nombreux peuples comme les Incas, les Araucanos ou encore les Charruas qui ont adopté eux aussi le yerba maté.

ESPAGNOLS ET JÉSUITES LIÉS À L’HISTOIRE DU YERBA MATÉ

Impossible de parler de l’histoire du yerba maté sans se référer à la période coloniale qui s’est révélée décisive. En effet, au moment où les colons espagnols se sont lancés à l’assaut de l’Amérique du Sud, ils ont pu apprendre du peuple Guarani les bienfaits du maté et comment utiliser cette plante vertueuse. Pour finir, le yerba maté est devenu très populaire chez les colons espagnols. 

Très vite, le maté a pu facilement faire l’objet de transport et de diffusion dans toutes les autres colonies de l’Espagne. Plus précisément, les jésuites en tant que missionnaires ont joué un rôle fondamental dans l’histoire du maté en répandant sa boisson spectaculairement. Ces missionnaires se sont rendus compte des innombrables bienfaits du yerba maté sur le plan de l’enrichissement économique par le commerce. Ils se sont alors penchés sur les causes expliquant l’exclusivité de la germination du maté seulement dans cette zone du monde. 

Les jésuites se sont alors aperçus que c’est la prédigestion des graines du maté par les oiseaux toucans qui en était la cause, trouvaille entérinée 50 ans après par le spécialiste Aimé Bonpland. Dans l’histoire du yerba maté, les jésuites d’Espagne ont donc été ceux qui en ont développé la culture, ont favorisé le transport et intensifié la vente de ce thé malgré leur préférence pour la consommation du maté en sacs plutôt qu’avec les bombillas Guarani. C’est la raison pour laquelle le maté est baptisé « thé des jésuites« .

L’ADOPTION DU MATÉ PAR LES GAUCHO

Dans l’histoire du yerba maté, les Gaucho ont apporté une énorme contribution. Ils étaient un peuple de cavaliers et de chasseurs qui partageaient plusieurs pays d’Amérique latine. Les Gaucho ont donc pu adopter le maté dans leurs relations humaines avec les autres peuples. Ils étaient donc habitués à boire le yerba maté en petits cercles et lors des différents repas le matin comme le soir avant d’aller au lit. La consommation du maté est donc devenue une coutume dans l’histoire pour les Gaucho jusqu’à nos jours, notamment pour la socialisation entre cow-boys et gauchos.

LA CONSÉCRATION NATIONALE DU YERBA MATÉ

Le yerba maté est devenu dans l’histoire la boisson nationale. Pendant les siècles qui ont suivi, le maté a fini par s’imposer et symboliser le pays dans plusieurs nations comme l’Argentine, l’Uruguay ou encore le Paraguay. De nos jours, les Argentins lors de leurs promenades amicales tiennent souvent la calebasse de maté, ce qui les identifie aisément à l’étranger. Grâce à son fort lien avec l’histoire, le yerba maté est désormais symbole de vivre en ensemble et d’échange convivial. Être convié à en boire est un signe fort d’acceptation. Le service à petites doses et finement du yerba maté signifie votre adoption par vos amis avec qui vous partagez le maté.

Voilà ! Vous savez désormais tout sur l’histoire du yerba maté. À vous d’en profiter plus, et de l’utiliser pour souder agréablement vos liens sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×