Le guide des selles : tout savoir

Dis-moi ce que tu défèques, je te dirai si tu vas bien ou pas. Contrairement à ce que l’on pense, aller aux toilettes n’est pas seulement  le fait d’obéir aux exigences de son organisme et de se libérer des restes de nourritures ingurgités transformés sous forme d’excréments à l’issue de la digestion complète. Les selles vont au-delà de cela. Les analyses de selles que demandent les médecins parfois expliquent mieux le fait qu’on peut connaître l’état de santé d’un individu grâce à ses selles. Et ceci en fonction de la couleur de la fréquence, de l’odeur et de la forme de ces-dernières.

La couleur des selles

Les couleurs que prennent les selles n’est pas anodine. Qu’elles soient vertes, marron, noires, jaunes, rouges ou oranges, elles constituent un indicateur important sur votre état de santé. Notez que ces couleurs ne sont pas figées. Les teintes de selles peuvent varier grandement d’une journée à l’autre et d’une personne à l’autre. 

  • Selles marron : Ce sont des selles qui sont normales car c’est la teinte naturelle. Cela peut s’expliquer par  la dégradation de l’hémoglobine. Le produit de cette dégradation n’est autre que la bilirubine dans le foie, un pigment biliaire jaunâtre qui est en partie relâché avec la bile vers l’intestin. Ces pigments jaunes se transforment avec le temps en pigments marron par les bactéries au fil du parcours. 
    Cependant, si vos selles prennent une autre teinte à part le marron alors il y a de quoi se poser des questions. 
  • Les selles vertes : Parfois les selles en dehors de leur couleur normale peuvent prendre des teintes différentes en fonction de ce que nous mangeons sans pour autant être source d’inquiétude. Elles peuvent être vertes après avoir mangé des légumes verts feuillus (chou, épinard…) ou des aliments contenant de la chlorophylle, un colorant vert : basilic, menthe, spiruline, etc. Des selles vertes sans avoir mangé ces aliments peuvent également signifier que « la bile se déplace trop rapidement à travers le côlon et que votre transit colique est trop rapide ». Mais rassurez-vous il n’y a pas péril en la demeure. Toutefois, cela ne vous empêche pas de consulter un médecin. Mieux vaut jouer la carte de la prudence ! 
  • Les selles noires : Les selles noires peuvent se justifier par la prise de compléments alimentaires riches en fer. Sinon elles peuvent indiquer une hémorragie stomacale ou intestinale liée à un ulcère ou à une tumeur. 
  • Les selles très claires ou jaunâtres : Elles indiquent une maladie du foie ou une obstruction biliaire;
  • Les selles rouges : Elles peuvent indiquer une hémorragie intestinale liée à une tumeur ou un ulcère dans l’intestin grêle ou dans le côlon. 

La forme des selles

En dehors de la couleur des selles, leur forme constitue un indicateur important. C’est l’échelle de Bristol sur laquelle sont classées les selles selon leurs formes. 7 différentes formes sont donc à prendre en compte et en disent long sur l’état de santé d’un individu. 

  • Type 1 (petites boules de selles dures) : Vous manquez probablement d’hydratation et votre régime alimentaire est pauvre en fruits et légumes. Vous ne mangez pas suffisamment de fruits et légumes (surtout ceux qui contiennent des fibres)
  • Type 2 (en forme de saucisse, mais grumeleux) : C’est bon signe mais il faut mieux s’hydrater et consommer plus de fruits et de légumes riches en fibres. 
  • Type 3 (en forme de saucisse avec craquelures à la surface) : Tout va bien, mais il faut s’hydrater un peu plus.
  • Type 4 (en forme de saucisse) : c’est la forme de selles parfaite. 
  • Type 5 (morceaux irréguliers) : cela se comprend au moment où vous allez aux toilettes plusieurs fois par jour. C’est donc normal. 
  • Type 6 (mousseux, pas loin de la diarrhée): Cela peut indiquer que votre selle  contient peut-être trop de graisse. Vous devez faire attention à vos consommations. 
  • Type 7 (complètement liquide) : c’est une selle de diarrhées. Quelque chose cloche donc. 

La fréquence des selles

Nous avons également un indicateur qui informe sur la santé d’un individu.

 La fréquence d’évacuation est considérée normale si elle est comprise entre deux fois par jour et tous les trois jours. Toutefois, sachez que le transit varie d’une personne à l’autre. 

Il faut savoir aussi que le volume de selles supérieur à 200 g par jour peut indiquer une diarrhée. A l’opposé, une fréquence des selles inférieure à 3 fois par semaine peut être le signe d’une constipation. Cela est relatif et peut dépendre de chaque individu. Mais ce qu’il faut savoir est qu’en cas changement brut de transit (changement de couleur, de fréquence et de forme, il vaut mieux consulter un médecin. 

Comment aller plus fréquemment à la selle ? 

Pour avoir un très bon transit, il faut régulièrement boire beaucoup d’eau et avoir une alimentation riche en fibres. Les fibres sont contenues essentiellement dans les aliments d’origine végétale. Vous avez par exemple les céréales, les légumineuses, les artichauts, les poires, les patates douces, le chou-fleur, les épinards, les oranges, les graines de courge, le boulgour, les pruneaux. Ces aliments facilitent le transit et aident à bien aller aux toilettes.

Aussi, pour un bon transit intestinal, il faut prendre des probiotiques et pratiquer des exercices.

La position qu’on adopte pour déféquer  est également déterminante pour bien faire ses besoins. En effet, pour des raisons anatomiques, la meilleure position pour déféquer est la position accroupie et non assise. « Faire ses besoins accroupis réduirait la pression exercée sur les intestins et faciliterait donc l’acte. Un bénéfice qui réduirait les risques de souffrir de troubles intestinaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×